Contacter le RP

Pour utiliser cette fonctionnalité, vous devez bénéficier d'un compte Babbler.

arrow_back

Babbler permet aux journalistes et communicants de collaborer plus simplement.

En vous connectant, vous pourrez accéder gratuitement aux espaces presse des centaines d'entreprises de vos secteurs qui sont sur Babbler, entrer en contact direct avec leurs équipes RP mais aussi y partager vos prochains sujets !

Leurs espaces presse sont sur Babbler :

Vous êtes à 1 clic de l'inscription !

Précédent

Content de vous revoir !

Communiqué

SAVE THE DATE - Exposition Family Affair autour d'Éric Schmitt - à partir du 13/12 à la IBU Gallery
timer minutes de lecture minute de lecture

Copier le lien
Autour du designer et créateur de mobilier Éric Schmitt qui présente pour l'occasion une nouvelle collection de vases en céramique, sont réunis des sculptures de son beau-père Sandu Babeanu, une collection de bijoux de sa fille Jane Schmitt et des photos et vidéos de son fils Hugo Schmitt.
<p>Vase Galatée ©, Vase Eunice ©, Vase Ligie © Studio Éric Schmitt</p>

Cliquez sur l'image pour obtenir le format original

Vase Galatée ©, Vase Eunice ©, Vase Ligie © Studio Éric Schmitt

Exposition Family Affair du 13 décembre 2019 au 1er février 2020
Vernissage le jeudi 12 décembre à partir de 18 heures - Preview presse le jeudi 12 décembre à partir de 11 heures
IBU Gallery - Jardins du Palais Royal, 166 galerie de Valois, 75001 Paris


Éric Schmitt, 1955

A sa façon récurrente de bousculer les formes classiques en leur donnant un nouvel essor, Eric Schmitt présente une nouvelle collection de céramiques inspirées des « cruches » traditionnelles revues à travers un prisme cubiste. Une quinzaine de pièces uniques pourront aussi être commandées déclinées dans une large gamme de coloris.

 « Mon travail est la conséquence du sculpteur que je suis presque, de l'architecte que j'aurais aimé être et du designer que je ne suis pas tout à fait. »

C'est ainsi qu'Éric Schmitt se résume. Un meuble a besoin d'émaner du silence pour qu'on l'aime longtemps dit celui qui a le courage des formes simples. Il arrive à concilier avec une étonnante dextérité, deux univers dont les défenseurs divergent non seulement dans leurs goûts mais aussi dans leur philosophie : ceux qui défendent mordicus un savoir-faire issu du passé, et ceux pour qui le design doit être définitivement tourné vers l'avenir. Fusionnant le meilleur du passé et un futur débarrassé des effets de mode, il a su imposer un présent aux formes paisibles, fondues, taillées, ou soufflées dans des matières solides et douces comme le bronze, l'albâtre, le marbre et le verre de bohème, qui attirent immanquablement la caresse.

Dans son atelier sont ébauchées puis mises en formes ses créations qui seront ensuite confiées aux meilleurs artisans avant de revenir pour les finitions. Revisitant à sa façon la tradition française des Arts Décoratifs, ses pièces sont réalisées sur mesure et numérotées.

Éric Schmitt a signé de nombreuses collaborations, notamment avec l'architecte d'intérieur Christian Liaigre. Il est l'auteur de pièces emblématiques comme le vase Bar, la table Jarre, l'applique Sugegasa ou encore le vaisselier Scale. 


Jane Schmitt, 1985
Malgré la disparition de Sandu Babeanu bien avant sa naissance, Jane Schmitt en garde le souvenir à travers les petites choses qui façonnent un personnage dans l’imaginaire d’un enfant. La silhouette tutélaire d’un dragon en métal noir dans le jardin de Port Lligat, cette photo d’un jeune dandy en costume blanc entre Dali toutes moustaches dehors et Man Ray dissimulé derrière de grosses lunettes. Une boite à cigares contenant des chutes de sculptures, alliage de tungstène figé dans des formes aléatoires lors de leur écrasement à terre. De ce reliquaire familial, Jane a extrait des morceaux choisis avec lesquels elle a créé des bijoux en hommage à cet inconnu dont elle se sent si proche.



Pour sa deuxième collection à la IBU Gallery, Jane présente des pièces uniques travaillées à partir des « bijoux de famille » qu’elle transforme. Elle présente également des bagues doubles réunies par une chaîne, des boucles d’oreilles en argent, vermeil ou or parfois rehaussées de pierres précieuses. Deux colliers Circulum dessinés pour son père en argent, pierres précieuse & vermeil figureront aussi dans l’exposition.

Sandu Babeanu, 1928
Sandu Babeanu sculpteur roumain disparu en 1980 est le beau-père d’Eric Schmitt et le grand-père de Jane et Hugo Schmitt. Ses œuvres en fer tordu et soudé pour donner forme à des dragons, oiseaux ténébreux, taureau conquérant, ou robot inquiétant, expriment sa conception dionysiaque du monde. Sandu était aussi créateur de mobilier et de bijoux qui révèlent avec plus de douceur la vitalité de cet ogre dandy.
Pour cette exposition placée sous sa bonne étoile, IBU Gallery présente deux Soleil en bronze édités à 8 exemplaires et quelques bijoux comme l’authentique bague « bite » rééditée par sa petite-fille Jane Schmitt.



Hugo Schmitt, 1987

Les photos d’Hugo Schmitt parlent de la manière dont on peut inconsciemment « oublier » des personnes ou des événements. Pour cela Hugo efface volontairement des parties de ses photos qui plongent l’ensemble dans une forme d’absurdité familière. Une autre de ses œuvres questionne la dérive sécuritaire des caméras de surveillance avec une installation mettant en scène 3 caméras qui se filment les unes les autres. Ses recherches tournent en dérision son incapacité à s’exprimer face à la déferlante d’images et de discours contradictoires dans lesquels nous sommes noyés tous les jours. Au premier abord, il nous met face à des images, des vidéos ou des sculptures qui nous charment par leur aspect enfantin et poétique mais instantanément nous conduisent vers un déraillement, un cynisme grinçant qui perturbe le rapport entre l’intime et le public, le plaisir et la souffrance.


IBU Gallery
IBU Gallery a été fondée en 1999 par IBU, artiste américaine d'origine ukrainienne, pour présenter ses créations et ses choix artistiques. Architecte, elle dessinait les bijoux et donnait forme au bronze avec une attention particulière à la matière, à la manufacture et à l'équilibre. Depuis 2003, les filles d'IBU Apollonia Poilâne et Athéna Poilâne, avec Cyril Ermel, poursuivent cette démarche artistique et créent des conversations entre les œuvres d'artistes aux sensibilités et aux inspirations communes. 


Autres actualités de la marque

inscrit avec succès

Félicitations, vous êtes inscrit sur BABBLER !

Pour découvrir dès maintenant toutes les actualités qui vous attendent sur Babbler, consultez votre newsfeed !

Vos domaines ont été préselectionnés. Vous pouvez les compléter en cliquant ici